Notes historiques sur la naissance de la langue italienne à Florence

Dante Alighieri est consideré comme le premier grand poète de la langue italienne, même si les premières compositions poétiques en langue vulgaire remontent à François d’Assise et Jacopone da Todi. Dante Alighieri adopta dans nombre de ses écrits la langue de la bourgeoisie cultivée de Florence, à laquelle il associa de manière créative des patois, des langages spécifiques, des particularismes de l’élite, et des citations en langues étrangères récurrentes dans la société de l’époque. Dante Alighieri est l’emblème de la culture hétérogène qui animait la vie des communes et l’argument disputé fut celui de la langue littéraire à retenir : dans son éloquent De vulgari, le lettré analyse scientifiquement la question du vulgaire, tout en s’adressant en latin aux plus grands intellectuels de l’époque. Puis le florentin, ou plus généralement le toscan, se vit considéré – et l’est encore avec enthousiasme – tel le modèle de l’italien `correct`, bien que Dante ait individualisé génériquement le vulgaire des lettrés, provenant de chaque ville italienne sans appartenir à aucune, en tant que solution à appliquer. À la Renaissance, différents courants se définirent, défendant diverses alternatives: parmi les positions influentes, celle des `puristes` se réunissant autour de la figure de Pietro Bembo (1470-1547), qui voulaient réinstaurer l’illustre langue du XIVème siècle. Toutefois, une langue moderne standard commença à s’affirmer au XIXème siècle. Alessandro Manzoni (1785-1873) employa le toscan dans la rédaction de son œuvre la plus importante, Les Fiancés, souhaitant conférer à son écriture un vaste impact `national`. Ce que proposa Manzoni fut d’adopter le florentin parlé par les personnes cultivées: en substance, il choisit des personnages populaires de la Lombardie, plaça l’histoire en ces lieux, et après avoir « rincé leurs linges dans les eaux de l’Arno », les fit parler dans l’idiome toscan.

Est-ce que vous voulez apprendre le langue italienne? Alors jetez un oeil à nos cours de langue italienne!

Florence curieuse: Les Cafés historiques de Florence

Connaître Florence, à travers ses palais, ses monuments et ses musées, est sans aucun doute l’une des meilleures façons de découvrir le charme de la ville médicéenne, qui est resté intacte au fil des siècles. Visiter les cafés historiques équivaut à s’approprier de l’âme et de l’histoire de la ville, car ils vous offrent en même temps la possibilité de découvrir certaines des rues et des places les plus célèbres de Florence, comme par exemple la Place de la République, l’une des plus belles places de Florence. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, sa notoriété ne lui vient pas de ses édifices, ni de son célèbre arche, mais des cafés littéraires qui l’entourent: le café Giubbe Rosse, le café Gilli et le Café Paszkowski. Les trois cafés ont –d’une manière ou d’une autre- étés les protagonistes de l’un des plus grands phénomènes culturels du XXe siècle: le Futurisme, un mouvement artistique et littéraire se basant sur les mythes de la modernité: la force, la vitesse et la puissance en tant qu’incarnations de la technique et du progrès.

Le Giubbe Rosse
Le café Le Giubbe Rosse, né en 1827, prend le nom des habits des serveurs qui portaient des « giubbe » (jaquettes) rouges et il était très fréquenté par les intellectuels de l’époque. Toutefois, après la publication du Manifeste Futuriste de 1909, cet endroit devint le lieu de rencontres des futuristes florentins et, en particulier, de Tommaso Filippo Marinetti, Umberto Boccioni et Carlo Carrà, en accueillant successivement les hommes de lettres et les artistes italiens et étrangers. Au début le café était un cercle d’échecs (on dit qu’il fut fréquenté aussi par des personnalités telles que Lénine) et il n’a jamais perdu cette caractéristique. Dans la période comprise entre les deux Guerres y est née la célèbre revue « Solaria » qui fit connaître aux italiens des écrivains tels que Joyce, Kafka et Virginia Woolf. Le café accueille encore des expositions personnelles et le parois sont encore revêtues de tableaux futuristes et néo futuristes. L’ambiance est raffinée mais en même temps informelle et il est possible de déguster les plats typiques de la cuisine florentine. On y retrouve aussi les photos, les dessins et les témoignages de ses plus célèbres habitués.
A l’heure actuelle le café est encore un centre culturel et artistique.

Le Caffé Concerto Paszkowski
Ce café est né en 1846 comme brasserie, mais il s’est vite transformé en Café Concerto où se tenaient les concerts de la célèbre bande Paszkowski et un orchestre féminin (plutôt rare à cette époque). Tout comme le précédent, ce café-brasserie est devenu un lieu de rencontres littéraires et artistiques du XXe siècle, tandis qu’après le premier conflit mondial il s’oriente vers le cabaret. Cette ancienne tradition musicale s’est préservée jusqu’à nos jours et de nombreux artistes s’y exhibent. Le café accueille également des congrès et des défilés de mode, tandis que ses salles de thé représentent une étape obligée pour les étrangers qui souhaitent se restaurer au cours de leur visite. Depuis 1991 le Caffé Concerto Paszkowski a été déclaré monument national.

Le Caffé Gilli
Le Café Gilli était un café littéraire très chic, fréquenté par des artistes et des intellectuels tels que Marinetti et Ardengo Soffici. Il s’agit d’une cafétéria de style Belle Époque avec de charmantes parois peint à fresques et des arcades. A l’intérieur sont exposées de nombreuses photographies d’artiste internationaux. Cela dit c’est à l’extérieur que fut prise la célèbre photo de Ruth Orkin intitulée American girl in Italy 1951. Dans cette image figure une jeune-fille américaine, Ninalee Craig, pendant qu’elle marche sur le trottoir devant le bar sous le regard des clients. Cette image est devenue, au fil du temps, une célèbre icône du cinéma et de la photographie.

fonte: Italia.it

Découvre Florence, sa tradition et culture avec notre cours d’Histoire de l’art e de Florence!

Florence curieuse:

credits for the video: Around The World 4K

Visitée chaque année par beaucoup de touristes qui viennent du monde entier, Florence est l’une des villes d’art les plus importantes et charmantes d’Italie.
Florentia est l’ancien nom de la moderne Florence, la ville qui a traversé et marqué l’histoire de notre Pays et de l’Europe et en effet elle a été la capitale d’Italie pour quelques années.
Cœur de la culture et de la langue italiennes elle est considérée aussi le symbole de la Renaissance, puisqu’elle a vécu sa période de splendeur au XVe et au XVIe siècle, lorsqu’elle s’est distinguée pour son pouvoir politique et pour sa riche floraison des arts et des lettres.
Pendant la dynastie des Medici et en particulier pendant la Signoria de Lorenzo il Magnifico et de Cosimo I, la ville est devenue l’un des centres culturels les plus importants d’Europe.

Est-ce que vous voulez découvrir de plus sur l’histoire de l’Italie et de Florence? Alors jetez un oeil à nos cours d’histoire de Florence!

Florence curieuse: Un amour infini dans le Palais Grifoni

Florence est une ville merveilleuse, en fait il n’y a pas besoin de faire beaucoup d’efforts pour tomber amoureux de ce lieu. Cette ville italienne est une musée vivante, où chaque rue, allée et bâtiment est charge d’histoire. Le charme indiscutable de Florence vient non seulement de toutes les oeuvres d’art que vous pouvez voir partout, mais aussi de tous les imperceptibles détails cachés, des éléments qui ne sont pas facilement visible au premier coup d’oeil.

Maintenant, je vais vous dire un de ces éléments cachés qui vous étonnera sûrement:

Piazza_Annunziata
Palais Grifoni

Au coin de Piazza Santissima Annunziata et Via dei Servi il y a le Palais Grifoni (plus connu avec le nom Palazzo Budini-Gattai), qui est un palais en brique rouge. Si vous vous approchez de ce palais et vous regardez vers le haut, n’importe quel jour et quelle heure, vous verrez une fenêtre toujours ouverte.

Sélon une des nombreuses légende florentine moins connue, la famille Grifoni a vécu dans ce bâtiment depuis des siècles. Un des fils de Grifoni partit à la guerre (qui n’était pas rare à l’époque), donc il était forcé de quitter son épouse bien-aimée.

Piazza_Annunziata1
La fenêtre ouverte

Cette jolie dame est venu à la fenêtre pour lui dire adieu une dernière fois et pour lui regarder pendant son départ. Cette femme de la noblesse passait ses journées assise à attendre le retour de son bien-aimé. L’homme ne revint jamais mais elle attendit jusqu’au jour de sa mort. La fenêtre a ensuite été fermée.

Il y a deux versions différentes de cette histoire:

Certains disent que les voisins des deux amoureux étaient vraiment touchés par cette histoire d’amour qu’ils decidaient de rouvrir la fenêtre.

D’autres disent que lorsque la fenêtre a étée fermée, les meubles commencèrent à trembler, les objets volèrent au travers de la pièce et les tableaux tombèrent des murs. Le chaos ne prit fin lorsque une domestique ré-ouvrit la fenêtre. Cela nous fait comprendre que l’amour de la femme n’est pas encore terminé et que son esprit attend toujours le retour de son mari et elle continuera à l’attendre probablement sans fin.

Personne ne sait le nom de la femme et personne ne saura jamais laquelle des deux histoires est vrai.

Pour plus d’histoires et légendes de Florence, ne manquez pas nos tours guidés historiques de Florence!